Une relation Zen avec votre animal

logo2

« Les animaux nous entourent comme autant de questions. Chacun en lui porte la clé d’un monde. Le chien et l’homme, déambulant côte à côte, ne vivent pas la même promenade. Ils ne détectent pas les mêmes parfums, ne sursautent pas aux mêmes sons, ne relèvent pas les mêmes traces, ne déchiffrent pas les mêmes symboles. Presque rien dans leur corps, dans leur tête, qui soit au même diapason. Chacun marche dans un monde inventé. Celui que ses sens lui décrivent et que son cerveau traduit selon un code qui lui est propre. Les animaux habitent des univers parallèles au nôtre, des univers vers lesquels nous pouvons parfois lancer de fragiles passerelles ». Microcosmos


OUEST FRANCE : Séverine Gautreau, comportementaliste et éducateur canin

Château-d’Olonne – Publié le 19/04/2016 à 01:05

 

Séverine Gautreau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Portrait

Séverine Gautreau, comportementaliste et éducateur canin, Animazen.

À l’âge de 33 ans Séverine Gautreau a ressenti le besoin d’un changement de vie. « J’ai toujours vécu entourée d’animaux et le lien qui nous unit à eux est un domaine qui m’a toujours passionné. C’est pour cette raison que j’ai décidé de reprendre mes études pour me former au métier de comportementaliste et aussi à celui d’éducateur canin. »

Le comportementaliste prend en charge la relation homme-animal. « Je me suis formée pendant plus de deux ans en éthologie, en psychologie et en techniques de communication », explique la jeune femme.

Ce métier nécessite une bonne connaissance du développement de l’animal, mais également de l’homme, « me permettant d’être en mesure de faire le lien entre ce que l’un produit sur l’autre. L’animal s’adapte à son environnement, et l’homme appartient à cet environnement. ».

Chaque animal a des besoins particuliers en fonction de son âge, de son espèce, de son histoire… Il en est de même pour nous, humains. « Selon notre âge, notre rythme de vie, nos besoins, nous avons tous des attentes particulières en ce qui concerne notre animal. » Cette mauvaise compréhension amène l’animal et son propriétaire à vivre de grandes frustrations. En découlent de la part de l’animal, des comportements devenant désagréables pour les maîtres : manque de propreté, destructions, aboiements ou miaulements intempestifs, agression, anxiété de séparation, désobéissance… « Il suffit, en règle générale, de deux entretiens de deux heures pour améliorer la situation et retrouver une relation sereine. »

L’éducation canine a pour but premier de faciliter l’intégration du chien dans la société. « Il faut lui apprendre les bons comportements pour vivre harmonieusement à la maison ou en société. Il est nécessaire pour la vie quotidienne que nos chiens répondent correctement à nos demandes. Leur sécurité et la nôtre en dépendent. »